Le Deal du moment : -53%
-110€ sur le Casque gaming sans fil Corsair ...
Voir le deal
99 €

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

3 participants

Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Augusta Mer 25 Aoû 2021 - 20:37

Bonjour tout le monde,

Je reprends un post de manière à pouvoir tout centraliser en un même endroit concernant les schémas de peintures post deuxième guerre en usage dans l'armée soviétique, la numérotation des véhicules et les insignes tactiques des unités.

J'ajouterai les informations au fur et à mesure de mes lectures.

Ici je ne parlerai que des unités suivantes :
- Infanterie motorisée,
- Infanterie mécanisée.
- Unités blindées.

De la taille des divisions, régiments et bataillons.
Augusta
Augusta
-
-

Messages : 215
Date d'inscription : 18/01/2017
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Re: Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Augusta Mer 25 Aoû 2021 - 20:38

En fait, les soviétiques avaient déjà commencé à peindre leurs véhicules pendant la deuxième guerre avec des motifs deux et trois tons, mais je ne sais pas du tout à quelle échelle (désolé pour le jeu de mot  Rolling Eyes ).

C'est tombé en désuétude à l'après guerre. Seule exception : en hiver où ils peignaient tout en blanc ou blanc et vert.

Il me semble que c'est à partir des années 1970 que l'armée soviétique commença à peindre ses véhicules avec différents motifs. Au début, c'était lors des entrainements entres les différentes unités. Celles qui simulaient les forces de l'OTAN, recevaient un schéma spécifique, qu'ils appelaient camouflage disruptif. Et après ces entrainements, certaines unités gardaient ces motifs, mais il n'y avait rien d'officiel.

C'est à partir des années 1980 que les soviétiques regardèrent cela autrement, et à une échelle plus importante. Les forces de l'OTAN de l'époque commencèrent elles aussi à vouloir changer les schémas de peinture de leurs véhicules (des deux côtés du rideau de fer, c'était un même vert uniforme, certes, de teintes légèrement différentes mais proches de loin, sur l'ensemble des véhicules et l'OTAN voulait éviter tout tir fratricide). Very Happy

Ils essayèrent tout un tas de schémas de peinture deux et trois tons, toujours avec leur fameuse base verte.
Allant du vert presque herbe au vert presque noir.
Du noir au gris-noir OTAN.
Du crème au sable foncé, en passant par le jaune moutarde.
Du marron foncé, au brun rouge allemand, en passant par du brun-orangé.
Du gris très clair au gris foncé (notamment utilisé par les unités de l'infanterie de marine).
Il semble qu'ils utilisèrent aussi les couleurs de base comme le jaune neutre.
Peut-être différentes teintes de bleu et gris-bleuté. [1] Note en fin de page, ***** EDIT 15/08/2021 *****.
Certaines usines utilisaient encore le vieux 4BO de la deuxième guerre.

Lors de la guerre d'Afghanistan, les unités de la 40ème armée arborèrent des motifs à deux et trois tons (le vert sur un décors sable, ça fait un peu tache Rolling Eyes ), quitte à reprendre certains schémas de peinture de l'armée allemande de la deuxième guerre.

Après, le problème qui se pose pour les  maquettes : ce sont les couleurs utilisées.

Deux très bons exemples ci-dessous. Question : quelles sont les couleurs visualisées, et quelles sont les couleurs réelles ? (ne pas lire la suite pour ne pas être influencé) Very Happy
Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 22451210 Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 00004910

J'ai lu un article l'année dernière à ce sujet qui était très intéressant. En fait tout dépend de plusieurs facteurs :
- L'appareil utilisé pour prendre les photos, et donc sa qualité.
- La qualité de la pellicule utilisée, pour les anciens appareils photos (et oui... à l'époque il faut s'en souvenir).
- L'angle de prise de vue.
- L'endroit où l'on se trouve (que ce soit une clairière dépourvue d'arbres ou une forêt de sapins dense) et la latitude où l'on se trouve.
- La saison.
- Les conditions météorologiques, et donc la couleur du ciel, sans nuages ou avec nuages, leur densité, etc...
- Les ombres.
- L'heure à laquelle la photo a été prise.
- S'il y a des couleurs appliquées qui tranchent avec le schéma de peinture (comme le T-72 par exemple). Ce qui contribue à modifier la perception des couleurs alentour.
- Et le plus important : la personne qui visualise l'image, car nous sommes tous différents, et percevons les couleurs de manière différente les uns des autres.

En fonction de tous ces facteurs, la couleur perçue sera différente pour une même couleur appliquée sur le véhicule.

Pour le T-64, la photo a été prise en hiver, sous un ciel avec couverture nuageuse de haute altitude, dans une forêt peu dense en Russie.

La perception que j'ai des couleurs de cette photo :

- Glacis avant : un bleu ou un gris bleuté, un vert assez moyen, voir un peu sombre.
- La tourelle : le dessus c'est assez difficile à identifier à cause du reflet du ciel et du soleil. Le côté gauche de la tourelle est plus flagrant : un bleu sombre légèrement grisé avec un vert sombre.
- Le côté gauche de la photo (les réservoirs) : ce qui ressemble à de la peinture décrépie avec le métal presque nu (les réservoirs sont en aluminium) ou un gris très clair.
- Le côté droit de la photo (les réservoirs), on a l'impression que tout est vert, proche du fameux "vert russe", mais plus clair que le vert sur le côté gauche de la tourelle. Si l'on regarde bien, on voit des "tâches" d'un espèce de gris très sombre qui se détache mal du vert, on voit même l'aluminium ressortir sur les tranches.

En fait la réponse :
Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 22451211

T-64 lors d'un exercice en hiver. Peinture utilisée : gris clair et vert olive sombre.  alorsla

Donc, en fait, c'est assez compliqué de retrouver les véritables teintes utilisées par les soviétiques, et, par la suite, les russes.

Idem pour le T-72BM mod.1990 à côté : on visualise un vert, un rouge ou brun rouge, et un gris sombre ou un gris bleuté sombre.

Ensuite, l'autre chose qui joue : le vert utilisé par les soviétiques. En théorie c'était un vert très sombre peint sur les véhicules en sortie d'usine, les véhicules n'étant presque jamais repeints quand ils étaient au sein des unités. Conséquence : avec le temps, le vert passe, se délave et devient plus clair. Rajoutons à cela que chaque usine avait sa propre teinte de vert, et d'une série de vert à une autre, la teinte pouvait varier, il n'y avait pas de standardisation à l'époque sur ce sujet. cestdesmalades

Ensuite, autre facteur : les unités ayant reçu un schéma de peinture pour leurs entrainements. Quand elles le retiraient, cela avait tendance à "recolorer" ou "décolorer" le vert d'origine. Ce qui avait pour conséquence de simuler deux ou trois teintes de vert sur un même véhicule, qui n'était pas repeint.

Bref, tout un ensemble de facteurs qui, mêlés les uns aux autres, complexifie la chose.

En gros, pour peintre un véhicule soviétique, puis russe jusqu'en 2014 ou 2016, il suffit de prendre un vert (quel qu'il soit), le vieillir, le décolorer ou le recolorer, et on sera à peu près sûr de coller à la réalité.
Plus le vert est sombre, plus on se rapprochera d'un véhicule sorti d'usine, plus le vert sera délavé et vieilli, plus il sera vieux.

Je ne sais plus si c'est en 2014 ou en 2016, mais M. Poutine a signé un décret sur les schémas de peintures à utiliser sur les véhicules terrestres : une livrée en vert uniforme très sombre, et l'abandon de tous les autres schémas de camouflages.

***** EDIT 15/08/2021 *****

[1]. En fait, les unités de l'armée de terre soviétique ont emprunté à leurs collègues de l'armée de l'air les teintes de gris qu'ils avaient dans leurs stocks pour camoufler leurs véhicules. Il n'est donc pas surprenant d'avoir toute sorte de gris et de gris légèrement bleuté en usage sur les véhicules de l'armée de terre soviétique. Par contre l'utilisation de la couleur bleue sur ces mêmes véhicules de l'armée de terre n'est pas du tout confirmée.
Il semble que cela soit en fait dû à une mauvaise interprétation (cf.explications ci-dessus sur la visualisation des couleurs).


Dernière édition par Augusta le Mer 25 Aoû 2021 - 21:19, édité 1 fois
Augusta
Augusta
-
-

Messages : 215
Date d'inscription : 18/01/2017
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Re: Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Augusta Mer 25 Aoû 2021 - 20:53

En continuant mes recherches j'ai trouvé un blog en anglais sur la partie numérotation et signes tactiques en usage dans les unités terrestres soviétiques.

https://coldwargamer.blogspot.com/2014/05/modelling-cold-war-soviet-vehicle.html

C'est un condensé de ce site en russe : http://army.armor.kiev.ua/hist/opoznav.shtml

Ci-dessous vous trouverez la traduction exhaustive de la page internet.

Marques d'identification des véhicules blindés de l'armée soviétique.

Annexe 8 du Manuel de Combat des Forces Terrestres (bataillon, compagnie) :

« Pour identifier leurs véhicules de combat et déterminer leur appartenance à la formation, l'unité et la sous-unité, des marques d'identification et des numéros conditionnels leur sont appliqués.
La marque d'identification d'une connexion (partie) est un dessin d'une figure géométrique sous la forme d'un cercle, d'un carré, d'un rectangle, d'un losange, d'un triangle et d'autres formes. Pour augmenter le nombre de variantes de marques d'identification, il est permis de tracer des lignes dans différentes directions, des chiffres, des lettres, des dessins d'espèces d'arbres individuelles ou de leurs feuilles à l'intérieur de la marque, ainsi que de peindre sur l'une des parties de la marque. La marque d'identification de l'unité (unité) est attribuée par le chef principal et est changée périodiquement.

Le numéro de référence est un numéro à trois chiffres. Le commandant de l'unité attribue un à deux cents numéros à chaque unité militaire pendant une certaine période. Par exemple : 200-299 ou 800-999. L'ordre de numérotation des véhicules de combat des sous-unités est établi par le commandant de l'unité militaire, tandis qu'il est permis de répéter les mêmes numéros pour différents équipements militaires. Par exemple, le char d'un commandant de régiment (bataillon) et un véhicule de poste de commandement (commandement) peuvent avoir le même numéro, et le nombre de chars dans les compagnies de chars d'un régiment de fusiliers motorisés peut répéter le nombre de véhicules de combat d'infanterie (véhicules blindés de transport de troupes). dans les compagnies de fusiliers motorisés.

La marque d'identification est appliquée sur les côtés droit et gauche de la tourelle (côté du véhicule) devant le numéro conventionnel. En fonction de la présence de sections ouvertes de la tour (côtés du véhicule), il est permis de la placer devant le nombre conditionnel dans le sens de déplacement du véhicule de combat.
Des nombres conditionnels sont appliqués :
- sur les chars - sur la tourelle par les côtés et l'arrière (autorisés à l'extérieur des caisses pour pièces détachées, accessoires, équipements de conduite sous-marine et effets personnels de l'équipage attachés à la tourelle à ces endroits) ;
sur les véhicules de combat d'infanterie - à droite et à gauche au milieu des côtés et dans la partie supérieure de la porte arrière droite ;
- sur les supports d'artillerie automoteurs - au milieu des tôles latérales et arrière du compartiment de combat (sur les canons d'artillerie automoteurs - sur la tour des côtés et sur la trappe arrière);
- sur les véhicules blindés de transport de troupes tels que le BTR-60PB, le BTR-70, les véhicules de commandement et d'état-major basés sur eux et sur la base du BRDM-2 - sur les côtés droit et gauche devant les plaques de blindage inclinées sous le niveau des dispositifs de visualisation et mains courantes pour l'atterrissage (dans des endroits exempts de supports pour accrocher des pièces de rechange et des accessoires);
- sur le reste du matériel militaire - à droite et à gauche au milieu ou dans la partie avant libre des côtés.

La hauteur des chiffres du numéro conventionnel est de 20 à 40 cm, en fonction des caractéristiques de conception du véhicule de combat. Leur largeur correspond aux deux tiers de la hauteur. La taille de la marque d'identification ne doit pas dépasser la hauteur des chiffres du numéro conventionnel, mais pas moins des deux tiers de leur hauteur. L'épaisseur des traits de la marque d'identification et du numéro conventionnel est égale au sixième de leur hauteur.

En été, la marque d'identification et le numéro conventionnel sont appliqués avec de la peinture blanche, en hiver et lors des opérations dans le désert, lorsque les véhicules de combat sont camouflés, avec de la peinture rouge (noire). »

Le lecteur attentif découvrira immédiatement à partir du texte qu'il n'y a aucun signe sur les véhicules de combat indiquant qu'ils appartiennent à l'armée soviétique. Cela a toujours été le cas dans notre armée. Aucune étoile rouge, aucun emblème national, aucun marteau et faucille, ni aucun autre signe de nationalité n'ont jamais été peints sur des chars, des véhicules blindés de transport de troupes ou d'autres équipements militaires. En tout cas, ces choses n'ont jamais été prévues dans les manuels de combat.

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Opozna11

Le signe principal appliqué aux véhicules blindés de l'armée soviétique était un numéro conventionnel à trois chiffres. Souvent, ils étaient appelés (y compris dans les documents) "numéro de côté", "numéro tactique de côté", "numéro de combat"). La charte stipulait que chaque régiment se voyait attribuer une série de numéros par le commandant de division. Dans la pratique, cette question était complètement à la merci des commandants de régiment.
Dans les rayons, il était d'usage de donner des chiffres non pas à la suite, mais de les crypter. Les chiffrements suivants ont été les plus couramment utilisés :
Option 1:
- le premier chiffre est le numéro de série du bataillon (1, 2, 3, ...);
- le deuxième chiffre est le numéro de série de la compagnie dans le bataillon (1,2,3, ....)
-le troisième chiffre est le numéro de série du véhicule dans l'entreprise (0.1, …… .9)
Par exemple, le 239 est le neuvième véhicule de la troisième compagnie du deuxième bataillon.
Option 2:
- le premier chiffre est le numéro de série de la compagnie du régiment (1,2, …… .9)
- les deuxième et troisième chiffres sont le numéro de série du véhicule du bataillon (01.02.03,… 11,… 23,… 31)
Par exemple, 623 est la sixième compagnie (ce qui signifie le deuxième bataillon), le vingt-troisième véhicule du bataillon.
Option 3 :
- le premier chiffre est le numéro de série du bataillon ;
- les deuxième et troisième chiffres sont le numéro de série du véhicule du régiment. Par exemple, 382 - quatre-vingt-deuxième voiture, troisième bataillon
Il y avait plusieurs autres systèmes de cryptage de ce type. Ici, tout dépendait de l'imagination de l'officier technique adjoint du régiment (le commandant du régiment n'intervenait généralement pas lui-même).

En règle générale, rien d'autre n'était requis et il n'y avait pas d'autres marques ou numéros d'identification sur les véhicules blindés.

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Opozna10

Dans les quartiers où les découpages existaient en réalité, et non sous forme de recadrage (sur papier), et où se déroulaient les exercices, des repères étaient attribués pour la durée des exercices qui, conformément à la Charte, étaient géométriques. formes. Chaque division s'est vu attribuer une forme géométrique spécifique. À l'intérieur du signe divisionnaire, des lettres, des chiffres, des points, des lignes, des secteurs étaient appliqués, ce qui indiquait un régiment, un bataillon distinct d'une division. La figure ne montre que quelques variantes de marques d'identification.

Bien que la charte ait permis à l'intérieur des panneaux d'appliquer des dessins de feuilles, cela ne s'est pas produit dans la pratique. Habituellement, après les exercices, ces signes restaient sur les voitures, devenant dans l'esprit des soldats, pour ainsi dire, des marques d'identification permanentes. Oui, le plus souvent, une fois les marques d'identification apposées, elles restaient plusieurs années sur les voitures, servant d'enseignement en enseignement.

La charte prescrivait de mettre un numéro sur les deux côtés de la tourelle (des deux côtés) et à l'arrière de la tourelle (arrière du véhicule), mais le plus souvent le numéro à l'arrière n'était que sur les soi-disant "machines à tirer ", c'est à dire. machines utilisées pour la pratique des exercices de tir. Cela est dû au fait que sans un tel numéro, il est impossible pour le directeur de tir de déterminer à partir de la tour de commandement où se trouve quelle machine se trouve. Sur les voitures « conduites » (voitures conçues pour la formation à la conduite), le numéro n'était généralement pas écrit au dos.

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Opozna12

Pour la commodité des contrôleurs routiers qui, pendant l'exercice, devaient distinguer les marques d'identification des voitures avant qu'elles ne s'approchent du poste de contrôle, les marques d'identification étaient souvent apposées sur les passages de roues avant, le blindage frontal, le panneau d'écoutille du commandant ou le trappe de chargement (généralement pendant la marche, elles sont ouvertes et la marque est clairement visible pour le contrôleur de la circulation). La figure montre la marque d'identification sur la doublure de passage de roue gauche.

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Opozna13

Avec l'apparition dans les années 70 dans les divisions de fusiliers motorisés (chars), d'abord les détachements d'hélicoptères, puis les escadrons d'hélicoptères (principalement en groupes de forces en RDA, Hongrie, Pologne, Tchécoslovaquie), les marques d'identification et le nombre de véhicules dans certains cas ont commencé à être appliqué sur la surface supérieure de la tour.
Pour les véhicules de commandement (division, régiment, bataillon), c'était obligatoire. La figure montre le signe et le numéro sur la tourelle du char T-62. Le signe et le numéro étaient situés de manière à ce qu'il soit pratique de les distinguer en s'approchant par derrière. La taille de la plaque d'immatriculation et de l'enseigne était dictée par l'espace libre maximal sur le toit. Habituellement, sur le toit, les panneaux étaient plus grands que les panneaux latéraux.

Parfois, sur des véhicules blindés, on pouvait trouver des images colorées des panneaux "Garde", des emblèmes des troupes aéroportées, des drapeaux navals, des emblèmes des marines. Moins souvent, mais il y avait des inscriptions comme "Pionnier de la Sibérie", "Du Komsomol de Touva", "Petite amie de combat", etc. Cependant, cela a été fait pour décorer des voitures participant à de grands défilés militaires (Moscou, Leningrad, autres grandes villes), ou d'autres événements politiques ou historiques.À la fin de tels événements, il était censé peindre par-dessus ces inscriptions non statutaires, mais souvent les officiers n'ont tout simplement pas mis la main dessus, tandis que les soldats, grands amateurs de décoration de voitures, ont simplement chéri ces signes et les ont soigneusement conservés. . Parfois, ils y étaient encouragés par les grands patrons (par exemple, le commandant des forces aéroportées Margelov).

Mais déjà la guerre d'Afghanistan obligeait à effacer des blindages non seulement les signes provocateurs des Forces spéciales, de la Garde, mais aussi de simples marques d'identification, et souvent des numéros. Pendant la guerre de Tchétchénie, les numéros ont été peints même sur les hélicoptères et les avions. D'une part, des taches de couleurs vives démasquent (et très fortement !) la voiture, d'autre part, des chiffres clairement distinguables aident l'ennemi à trouver, reconnaître et concentrer le feu sur les véhicules de commandement, véhicules qui réussissent particulièrement bien contre eux.

Etoiles, insignes de gardes, images d'ordres, noms de formations, inscriptions diverses que l'on peut trouver sur des chars dressés comme des monuments sur socles n'ont rien à voir avec le système d'identification des blindés.
Augusta
Augusta
-
-

Messages : 215
Date d'inscription : 18/01/2017
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Re: Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Augusta Mer 25 Aoû 2021 - 23:20

Deux précisions complémentaires.

Par rapport au texte ci-dessus ce qu'il faut savoir et qui n'est pas dit :
- Le fait de changer les insignes des unités.
- Changer la numérotation des véhicules du régiment / bataillon.
- Changer la graphie du des chiffres utilisés.

Tout ceci répondait au fait de perturber la collecte des renseignements des forces de l'OTAN, ce qui induisait l'utilisation, du point de vue soviétique, l'immobilisation de personnels de renseignement de l'OTAN afin d'identifier les unités soviétiques.


Pour les camouflages.

L'utilisation des camouflages disruptifs, côté soviétique, répondait aussi à une autre problématique : les caméra infra-rouge / thermiques utilisés par l'OTAN qui étaient de meilleurs manufacture. Afin de perturber cet avantage, les soviétiques ont testé tout un tas de camouflages à cet effet.
Augusta
Augusta
-
-

Messages : 215
Date d'inscription : 18/01/2017
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Re: Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Jacques Jeu 26 Aoû 2021 - 16:58

J'ai déplacé ce sujet, très intéressant, dans cette rubrique nouvellement créée et plus en phase, car tu apportes de la documentation et ce n'est donc pas à proprement parlé de la recherche d'infos...

@+ et bonne continuation sur ce thème...

_________________
"Et decus, et robur"

http://maquette-garden.forumactif.com/forum.htm

http://kitmaquettes.forum-actif.eu/forum.htm

http://tracks.forumactif.com/forum
Jacques
Jacques
Webmaster.
Webmaster.

Messages : 10229
Date d'inscription : 06/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Re: Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Augusta Jeu 25 Aoû 2022 - 14:12

Hello tout le monde,

Autres exemples de l'utilisation des schémas de camouflage dans l'armée russe ci-dessous.

Deux BTR-80, semblerait-il de la même unité, avec deux schémas de peinture totalement différents et le marquage des unités qui diffèrent aussi.

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Shutte14

Les deux véhicules semblent appartenir au MVD VV, SPETSNAZ du district de Sibérie (l'ours), première guerre de Tchétchénie.

Celui du fond : base verte et mouches ou léopardisé noir.
L'insigne de l'unité sur le côté avant droit, bas de caisse, et sur la tourelle (ce dernier emplacement n'est pas habituel et est normalement réservé à l'insigne du MVD VV).

Le véhicule en premier plan :
Schéma de peinture quatre tons : vert, noir, marron/orangé et gris.
L'insigne de l'unité sur le côté avant droit, bas de caisse.
L'insigne du MVD VV sur la tourelle.
Sur la trape du chef de véhicule, apparait le logo des VITIAZ.

Autre exemple, même unité, schéma de camouflage encore différent :

Vert, gris (en large proportion?) et noir ?

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 2081_110

Et encore deux exemples sur les schémas de peinture de deux PT-76. Même époque que les deux BTR-80.

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 31eb6610

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 89442510

Le schéma tel qu'identifié :

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités 2022-010
Augusta
Augusta
-
-

Messages : 215
Date d'inscription : 18/01/2017
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty REMERCIEMENTS

Message  iron77 Jeu 25 Aoû 2022 - 15:30

Il y a de quoi lire, je reviendrais afin de tout lire en détail, il y a du taf....... très complet, je vais me pencher ou faire un copier coller afin d'avoir tout mon temps pour parcourir précisément tous ces posts, c'est précis et bien fourni .............grand merci ......................Lio
iron77
iron77
-
-

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2022
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités Empty Re: Camouflages soviétiques, numérotation des véhicules et signes tactiques des unités

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum